La prise en charge d’un élève intervient à partir du moment où sa scolarité est momentanément interrompue (2 semaines minimum) par un accident ou une maladie. Cette notion de maladie peut couvrir une période limitée ou bien une période plus conséquente pouvant même durer toute l’année scolaire (ex. : phobies scolaires, aujourd’hui désignées comme “refus anxieux de l’école”).

L’AEEM assure au mieux la continuité des apprentissages scolaires du premier et second degré, en fonction des attentes des familles et selon les professeurs bénévoles disponibles.

Ce dispositif vient compléter celui que l’Education Nationale peut mettre en place (SAPAD) mais qui est souvent trop peu doté en heures.

Généralement, l’enseignement est établi sur les 4 ou 5 matières principales de l’élève -français, mathématiques, histoire-géo, SVT, LV (anglais, espagnol)- à raison d’une ou deux heures par matière et par semaine. Dans tous les cas, les enseignants bénévoles tiennent compte de la fatigue de leur élève.

Les professeurs se déplacent le plus souvent à domicile. Mais si la situation l’exige et/ou le permet, ils peuvent dispenser les cours à l’hôpital (avec l’accord du personnel médical et de la famille).

UNE ETHIQUE, DES VALEURS

Lorsqu’un enseignant bénévole prend en charge un enfant, cela  implique qu’il établisse un projet pédagogique conforme au programme officiel et détermine un objectif précis : réussir un examen, assurer la meilleure réinsertion scolaire possible, intégrer un nouvel établissement, etc. Dans cette progression, l’enseignant tient compte des difficultés propres de l’élève.

Il doit également :

  • rendre compte du travail accompli ;
  • travailler en relation avec des confrères, les équipes soignantes et sociales dans la mesure du possible ;
  • respecter la confidentialité des informations médicales ;
  • rester dans son domaine de compétences (ne pas intervenir dans le domaine médical ou paramédical) ;
  • agir dans le respect des opinions et des convictions de chacun.
UN « SOIN » A PART ENTIERE

Poursuivre sa scolarité permet également à l’élève malade ou accidenté de conserver un lien social. Elle lui offre une possibilité de continuer à vivre une « vie normale » d’enfant, de construire des projets d’avenir. En cela, elle participe aux soins.

Si vous souhaitez que votre enfant soit pris en charge ou si vous avez des questions, vous pouvez nous adresser ce formulaire ou nous appeler au 05 59 40 14 49 aux heures de permanences.